Journée Autochtone de l’UQO – 9 Avril 2013

La Chaire de Recherche du Canada sur la Gouvernance Autochtone de Territoire soutient et est le partenaire privilégie de l’Amicale Autochtone de l’UQO pour l’organisation de la deuxième Journée Autochtone de l’UQO qui aura lieu le Mardi 9 Avril 2013

Cette journée sera l’occasion de mettre à l’honneur la recherche universitaire sur les questions autochtones. Plusieurs conférences sont prévues tout au long de la journée. Une exposition/vente de produits de l’artisanat des Karens, des chants et danses autochtones ainsi que la projection d’un film viendront animer cette journée de partage.

 

Semaine de la Recherche à l’UQO

SEMAINE DE LA RECHERCHE A L’UQO

MARDI LE 26 MARS 2013

Journée de réflexion : Étudiants autochtones et accessibilité aux études postsecondaires

Thibault Martin, Sciences sociales, UQO

9 h à 17 h00 – C-0072

9h           Accueil

9h15      Cérémonie d’ouverture

9h25     Mot de bienvenue et présentation du déroulement de la journée

              Julie Bidaud et Thibault Martin, Chaire de recherche en gouvernance      autochtone du territoire, UQO

9h30       Conférence d’ouverture

Christy Bressette, à confirmer.

Coordonnatrice Éducation autochtone, Conseil des ministres de l’Éducation (Canada)

10h00     1) Obstacles socioéconomiques limitant la capacité des Autochtones à   accéder aux études universitaires.

                     Thibault Martin, Sciences sociales, UQO

               2)   Analyse des déterminants de persévérance et de réussite des étudiants        autochtones à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

              Lyne Legault, Sciences de l’éducation, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

10h45     Pause

11h00     3)   L’accès à l’égalité : un aperçu des stratégies mises en place dans les             universités canadiennes.

                     Julie Bibaud, doctorante sciences sociales appliquées, UQO

 

               4)   Programmes destinés aux étudiants autochtones de l’UQAT : succès et       enjeu.

Suzy Basile, chargée de projet dossiers autochtones, Université du Québec en  Abitibi-Témiscamingue.

5) Les universités et les gestionnaires autochtones : concevoir un partenariat de formation  pour soutenir l’autonomie gouvernementale

         Jean-François Savard, École nationale d’administration publique (ÉNAP)

12h15     Dîner

13h15     Témoignages d’étudiants, d’anciens étudiants et de professeurs autochtones de l’UQO et d’autres institutions d’enseignement post-secondaire

14h30     Pause

14h45     World Café

1)      Discussions en petits groupes, avec la participation des membres de l’Amicale autochtones, monsieur Denis Dubé, Vice-Recteur de l’UQO, monsieur Pierre Tessier, Registraire de l’UQO et madame Élizabeth Barot, Commission canadienne pour l’UNESCO et de plusieurs professeurs, étudiants et membres de la société civile.

2)     Pistes de solution et recommandations pour favoriser l’accessibilité et le soutien aux études pour les étudiants autochtones à l’UQO.

16h45     Mot de la fin et remerciements

 

CRCGAT

Pour les Autochtones, le territoire représente la « source de la vie », il est le point d’ancrage spirituel et matériel de la culture. Il est lieu de guérison, d’éducation, de socialisation; il incarne le passé, il est l’avenir. Il constitue, en quelque sorte, la « matrice » des sociétés autochtones. . Par matrice, nous entendons à la fois la mère (principe de vie) mais aussi le « moule » qui façonne l’individu pour qu’il s’inscrive dans sa société (principe de culture). De la même manière que l’enfant reçoit de sa mère un double héritage, à la fois génétique et culturel, les Autochtones considèrent qu’ils portent en eux l’empreinte « génétique » du territoire, puisque celui-ci les a enfantés et qu’il est le terreau dans lequel germe leur culture. Tout comme l’enfant et sa mère sont de même nature, l’Autochtone est de même essence que le territoire. Cette consubstantialité implique une double obligation, celle de respecter et de protéger le territoire qui donne la vie et celle de transmettre le patrimoine culturel hérité. Il n’est donc pas étonnant que les combats menés par les Autochtones pour retrouver leur autonomie articulent reconnaissance de droits territoriaux et préservation de la culture.
Dépossédés de leurs territoires et ainsi privés des ressources matérielles et symboliques qui portaient leur mode de vie, les Autochtones sont engagés depuis plusieurs décennies dans un processus de reprise de contrôle de leur milieu de vie. La création de gouvernements régionaux constitue la partie la plus visible de cette reconquête. Toutefois, celle-ci ne se déroule pas uniquement au niveau politique ou juridique. Les Autochtones se sont aussi engagés aux côtés d’autres acteurs (municipalités, industries, société civile) dans la « gouvernance » du territoire. Cela dit, les Autochtones ne s’impliquent pas dans la gouvernance de la même manière que les autres acteurs car, au-delà des considérations économiques et environnementales, leurs actions sont motivées par le désir de conforter l’ancrage dans le territoire des institutions qui supportent leur mode de vie, non seulement celles qui y sont directement liées comme la chasse, mais aussi celles qui pourraient sembler y être étrangères, telles la santé, l’éducation, les services sociaux. La gouvernance autochtone du territoire ne se résume donc pas à gérer ou cogérer les activités économiques mais a aussi pour but de fournir un espace qui permet de « guérir », « éduquer », « soigner », « se ressourcer » ou « pratiquer sa spiritualité ».
En participant à la gouvernance du territoire ils cherchent à influencer la manière dont les ressources naturelles sont exploités et veulent contribuer à la protection de l’environnement. Cela dit, leur implication dans la gouvernance a aussi pour but de conforter l’ancrage dans le territoire des institutions qui supportent leur mode de vie, non seulement celles qui y sont directement liées comme les activités traditionnelles de subsistance, mais aussi celles qui pourraient sembler y être étrangères, telles la santé, l’éducation, les services sociaux. La gouvernance autochtone du territoire ne se résume donc pas à gérer ou cogérer les activités économiques mais a aussi pour finalité de fournir un espace qui permet de « guérir », « éduquer », « soigner », « se ressourcer » ou « pratiquer sa spiritualité ».